B - Introduction‎ > ‎

2- Le cadre théorique



L'introduction de l'approche par compétences et de l'approche programme, l'adaptation de la formation générale aux programmes techniques, l'élaboration d'activités d'intégration et d'épreuves synthèses font partie des changements implantés par le renouveau de l'enseignement collégial (1993). Les conceptions de l'apprentissage ont aussi évolué à travers le temps en passant par divers cycles, caractérisés d'abord par une philosophie béhavioriste, puis par une philosophie cognitiviste pour enfin faire place aux théories socio constructivistes.  

Le changement majeur observé durant cette évolution a été la modification du rôle habituellement attribué à l'apprenant. Si celui-ci a d'abord été considéré comme un récepteur passif de connaissances pour ensuite être perçu comme un agent principal de son propre apprentissage, l'apprenant est aujourd'hui vu comme le créateur et le processeur de son expérience éducative. 

Par ce fait, comme l'élève crée maintenant la signification de ses apprentissages, l'enseignante ou l'enseignant doit s'ajuster dans son nouveau rôle de guide et doit chercher, par un processus de facilitation, à amener l'étudiant vers une intégration des apprentissages. Cette approche est incompatible avec une pédagogie basée uniquement et simplement sur la transmission des connaissances. Les enseignantes et enseignants du collégial, soucieux de cette réalité, présentent des activités d'apprentissage variées et en rapport avec la réalité technologique et socio-économique d'aujourd'hui. Plus l'enseignante ou l'enseignant maîtrise de stratégies pédagogiques (dont les stratégies dites «actives»), plus il ou elle sera en mesure de réagir efficacement au contexte souvent changeant de son travail.


Cela dit, l'apprentissage actif ne date pas d'hier.  Optimiser l'organisation de l'espace de la classe pour favoriser l'apprentissage et obtenir une meilleure participation des étudiantes et étudiants ne l'est pas non plus.  Prenons l'exemple d'une classe d'art ou d'un atelier de soudure où la flexibilité du mobilier et des installations à la fine pointe de la technologie sont jugées essentielles à la formation des élèves et ne sauraient être remise en question.  L'intégration des TIC, en revitalisant une possibilité infinie d'activités d'apprentissage et d'enseignement, rend l'approche novatrice peu importe le programme d'études. 


Ċ
Jean-François Nadeau,
11 août 2014 à 13:30
Ċ
Jean-François Nadeau,
11 août 2014 à 13:30